Les véhicules électriques, quels effets sur l’environnement ?

Le nombre de véhicules électriques immatriculés en France en mai 2018 est en hausse de 12% par rapport à mai 2017.

Bonne nouvelle ?

Les voitures électriques sont souvent décrites comme « propres » dans les publicités. Il est important de nuancer ces propos. D’abord, il faut considérer combien de temps le véhicule sera conservé et la provenance de l’électricité utilisée pour recharger la voiture. La transition énergétique est donc cruciale pour conduire des véhicules dits verts. De plus, lors de la production, un véhicule électrique est deux fois plus dommageable pour l’environnement qu’un véhicule thermique en raison des matériaux utilisés dans la fabrication des batteries. Ainsi, la diminution des gaz à effet de serre grâce à l’électrique est de 10 à 24% par rapport à un véhicule thermique selon les pays et donc selon le mix énergétique. D’après l’Union Européenne, le bénéfice environnemental augmentera dans les années à venir grâce aux innovations techniques. Ainsi, les véhicules électriques ont un impact moindre sur l’environnement, sous conditions.

METTRE LA FINANCE AU SERVICE DU CLIMAT

SOUTIEN AU « PACTE FINANCE-CLIMAT »

Le collectif CLIMAT 2020 appelle à un « Pacte Finance-Climat » pour répondre à l’urgence climatique et faire de l’Europe l’exemple à suivre partout dans le monde.

Investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables pourrait conduire à « 900.000 créations d’emplois en France » selon les dernières prévisions de l’ADEME et plus de 6 millions d’emplois pour toute l’Europe. Pour éviter la double peine d’une crise financière et d’une crise climatique, le pacte finance-climat propose :

  • La création d’une Contribution Climat, sorte d’impôt sur les bénéfices, à hauteur de 5%, qui permettrait de dégager chaque année plus de 100 milliards d’euros pour à la fois investir massivement dans la recherche (sur le stockage de l’énergie, les transports ou une nouvelle génération d’ordinateurs, plus sobres en électricité, etc) et augmenter très nettement l’aide aux pays d’Afrique et du pourtour méditerranéen ;

  • Une nouvelle orientation pour la Banque centrale européenne, qui deviendrait une Banque du Développement Durable chargée de fournir aux États membres des financements qui seront intégralement utilisés pour la transition énergétique.

La députée s’est engagée en signant le Pacte Finance-Climat Européen.

Cette initiative vise à provoquer un sursaut collectif dans la lutte contre le dérèglement climatique. L’objectif est qu’avant 2020 l’Europe ait ratifié un Traité qui mette la finance au service de la lutte contre le dérèglement climatique, en Europe et dans les pays du Sud. Le collectif réunit des femmes et des hommes politiques, des chefs d’entreprise, des intellectuels et universitaires engagés, des responsables associatifs, des agriculteurs, des citoyennes et citoyens convaincus que l’Union Européenne doit, dès aujourd’hui, apporter une réponse claire et ambitieuse au dérèglement climatique.

Vous pouvez également soutenir cette initiative en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://climat-2020.eu/fr/