Le passage aux 80 km/h est désormais officiel. Le décret modifiant le code de la route a été signé vendredi 15 juin par le Premier ministre Édouard Philippe. À partir du 1er juillet 2018, la vitesse autorisée sur les routes à double sens sans un séparateur central passera de 90 à 80 km/h.

Tout au long de l’année, Le Comité interministériel de la Sécurité routière a mis de l’avant les effets de la vitesse sur la conduite à la fois au niveau des distances d’arrêt qu’au niveau du champ de vision. Effectivement, plus la vitesse d’un véhicule est élevée, plus la distance d’arrêt est importante et plus la vitesse augmente, plus le champ de vision est réduit.

Le Comité interministériel précise que :

  • La vitesse est la première cause des accidents mortels en France (31 %) ;

  • Le réseau routier sur lequel les accidents mortels sont les plus fréquents est celui des routes à double sens sans séparateur central (55 %).

Par ailleurs une étude de la Ligue contre la violence routière recense les routes départementales et nationales où il y a le plus d’accidents mortels. En 92 cartes, elle valide le principe de la proposition du gouvernement, qui sera appliquée le 1er juillet.

Il est frappant de voir dans le département du Nord que notre circonscription comporte malheureusement une importante concentration de ces routes.

Si cette décision historique et controversée de réduire la vitesse sur les voies secondaires a fait l’objet de nombreux débats, elle pour objectif de sauver des vies et de diminuer le taux de mortalité sur la route. Ainsi, la limitation de vitesse à 80km/h pourrait sauver entre 300 et 400 vies chaque année et infléchir durablement une courbe de la mortalité repartie à la hausse depuis 2013.

Jennifer De Temmerman

Written by

Jennifer De Temmerman

Élue députée en juin 2017 dans la 15ème circonscription du Nord.
Membre de la commission Finances à l'Assemblée Nationale (non-inscrite). Présidente du groupe d’études sur les Objectifs de développement durable.
Membre de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe. Présidente de la sous-commission santé et développement durable.