Certains la comparent à un grand corps malade. La déclaration finale, présentée dimanche 15 décembre avec 42h de retard (du jamais vu), révèle la force des pays pollueurs (USA, Brésil, Australie …) à limiter l’ambition climatique. L’accord sur l’encadrement des marchés carbones a été repoussé à 2020 (l’article 6 de l’Accord de Paris). Seuls 80 pays sur les 187 signataires de l’Accord de Paris ont annoncé vouloir renforcer leurs efforts dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais aucune feuille de route claire avec un calendrier n’a été proposée. Ni même de nouveaux financements pour les pays vulnérables. Les ONG comme Action Climat regrettent que «la France, représentée qu’une seule journée au niveau ministériel, n’ait pas joué son rôle de gardienne de l’Accord de Paris».

Mais le paradoxe de cette COP, c’est l’Europe qui veut s’afficher comme un futur leader de l’ambition climatique. L’annonce du Green Deal européen durant la COP,  avec un budget de 100 milliards d’euros par an, a été saluée positivement par les experts climats. La mobilisation des jeunes sur place, avec la venue de Greta Thunberg, a poussé les leaders politiques dans leurs retranchements. Elle a montré le besoin d’avoir des leaders charismatiques et plus de dialogue intergénerationnel sur le climat. Enfin, les entreprises, villes et régions ne se sont jamais autant mobilisées avec de nouveaux projets, et ce sans attendre l’avancée étatique. 14 régions, 398 villes et 786 entreprises (comme Décathlon, Auchan) ont promis d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 (Alliance pour une ambition climatique). Les acteurs des Hauts-de-France étaient présents pour partager leurs expériences et rencontrer les négociateurs qui ont finalisé la déclaration finale. Une fois de plus, les acteurs non-étatiques montrent l’exemple.

Jennifer de Temmerman, député de la 15ème circonscription du Nord : «Après avoir rencontré des députés et des ONG de tous pays, j’ai été surprise de l’engagement climatique de nombreuses entreprises. Je reviens avec de nouveaux contacts et partenaires, pour le Forum sur les objectifs de développement durable de ma circonscription en juin prochain.»

Marine Brian

Written by

Marine Brian

Actuellement en Master II à l’Institut Supérieur de Communication et de Publicité de Paris et après des expériences professionnelles au Quai d’Orsay puis au Sénat, Marine a rejoint l’équipe de la députée de septembre 2019.
Elle est en charge de la communication et des relations publiques à l’Assemblée Nationale.