Archives de catégorie : Actualités internationales

En route pour un « Erasmus Universel »

En mai dernier, le Mouvement antiraciste européen EGAM a lancé un appel dans la presse française et européenne visant à généraliser la circulation des jeunes en Europe en vue d’approfondir la démocratie. Leur projet, intitulé « Erasmus Universel », vise à mettre la jeunesse au cœur de la refondation démocratique de l’Europe. Il se donne pour objectif de « faire vivre les valeurs fondamentales de la démocratie » et d’accomplir « une profonde transformation de l’Europe ».

Un programme de plus en plus attractif

L’engouement pour le programme européen Erasmus+ ne faiblit pas en France.  Il bénéficie en effet d’une grande notoriété avec près de 9 millions de jeunes qui ont vécu l’expérience à travers l’Europe.

Les demandes sont en hausse de 6% en 2018, notamment grâce à l’ouverture du programme aux apprentis, aux élèves de lycée professionnel, aux stagiaires de la formation professionnelle ou encore aux enseignants.

En 2017, année où les trente ans de la création d’Erasmus ont été célébrés, 79 888 personnes ont bénéficié du programme en France, soit une augmentation de 18,2 % par rapport à 2016.

Au-delà de son apport pour l’apprentissage des langues, Erasmus permet de tisser des liens avec des étudiants d’autres pays, en développant le sentiment d’appartenance à une communauté européenne, tout comme l’ouverture d’esprit et la tolérance. Il améliore également l’employabilité des jeunes partis à l’étranger toute nationalité confondue. (Source : rapport de l’Observatoire Erasmus )

Mais encore loin d’être universel

Cependant, Erasmus semble être un système à plusieurs vitesses : seulement 3% d’une classe d’âge est aujourd’hui concernée par Erasmus+. Cela amène une distinction au niveau social au sein de l’UE et l’idée que tous les pays de l’Union ne se développent pas à la même vitesse. Cette inégalité des chances, peu perçue à l’heure où la mobilité semble s’imposer comme la norme, est néanmoins génératrice de tensions.

Erasmus Universel, une initiative « pour l’égalité et la justice »

La création d’un « Erasmus Universel », proposée par l’association anti-raciste EGAM, a pour ambition la constitution d’une identité et d’une société civile européenne, en réponse aux tensions identitaires et aux idéologies nationalistes qui ont cours aujourd’hui.

Concrètement, il s’agit d’instaurer des échanges ou de séjour à l’étranger pour tous les étudiants, apprentis et jeunes chômeurs, mais également des voyages de classe ou des échanges courts pour les lycéens, collégiens et élèves de primaire.

Cette initiative fait écho à la proposition du Président Emmanuel Macron lors de son discours à la Sorbonne en septembre dernier selon laquelle « en 2024 la moitié d’une classe d’âge doit avoir passé, avant ses 25 ans, au moins six mois dans un autre pays européen ».

Conscient du potentiel du programme Erasmus pour renforcer la solidarité européenne et ainsi lutter contre « la crise politique, sociale et morale que traverse notre continent », l’association EGAM appelle à un changement de nature du programme afin d’engager ensemble « toutes et tous les jeunes d’Europe, notamment celles et ceux qui sont les plus exclus pour des raisons sociales, raciales et territoriales ».

« En offrant aux individus la possibilité de se construire dans la rencontre avec l’Autre, de constituer librement leurs identités de manière non-xénophobe et pleinement européenne, Erasmus Universel leur offrira la possibilité de leur émancipation. Par cette rencontre, les individus pourront en effet identifier au mieux les héritages culturels et nationaux qui leur ont été transmis et ouvrir des perspectives pour inventer une identité et un parcours de vie qui leur soient propres. » (Benjamin Abtan, président d’EGAM)

Le forum politique de haut-niveau sur le développement durable

La conférence des Nations-Unies sur le développement durable s’est tenue à Rio de Janeiro, au Brésil, en juin 2012. A cette occasion, les états membres ont adopté une résolution intitulée « Future We Want » (le futur que nous voulons). Parmi un certain nombre de décisions et d’engagements, les états se sont mis d’accord pour établir un forum politique de haut-niveau sur le développement durable. Sous les auspices du Conseil économique et social, il se réunit tous les ans pour une durée de huit jours, dont trois seront consacrés à un débat ministériel. Sous ceux de l’Assemblée générale et des chefs d’État ou de gouvernement, il se réunit tous les quatre ans pour une durée de deux jours.

Le forum politique de haut niveau a pour rôle de mobiliser états, ONG, vie civile. Il donne des orientations et formule des recommandations en vue du développement durable. Il assure aussi une mission de suivi des   progrès   accomplis   dans   la   concrétisation   des engagements pris en faveur du développement durable.

Le premier forum s’est tenu le 24 septembre 2013, en remplacement de la Commission du Développement Durable.

Cette année, le thème retenu pour le forum est : Transformation vers des sociétés durables et résilientes. Il se concentre particulièrement sur 6 Objectifs de Développement Durable, 6-7-11-12-15 ainsi que le 17 .

 Par ailleurs, les états membres sont invités à réaliser des états des lieux de l’avancée de leurs politiques au regard de l’Agenda 2030. Les « voluntary national reviews » permettent d’échanger les expériences, succès, challenges et leçons, afin de permettre d’avancer plus rapidement dans l’Agenda. Cette année, 47 états ont accepté de rendre ce rapport.

Des « événements parallèles » (side-events) ainsi que des « événements spéciaux » sont organisés tout au long du Forum sur des sujets particuliers liés à tel ou tel aspect de la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

La France au Forum

La France a toujours été impliquée dans le développement durable. Aujourd’hui, plus que jamais, nous assurons un rôle de leader.

La France a déposé un side-event dédié au Pacte mondial pour l’environnement, qui se déroulera 17 juillet de13h15 à 14h30.

Un événement présidé par la Secrétaire d’Etat Brune Poirson portera sur la mobilisation de la société civile pour les ODD en France et dans d’autres pays, 18 juillet de 8h15 à 9h45 à la Représentation permanente de la France.

La délégation française réunit des représentants de l’Etat, du Parlement, de la Recherche, de l’Education, mais aussi des représentants d’entreprises, d’ONG ou de collectivités. 55 personnes se relaieront ainsi sur la totalité du forum, pour assurer la présence de notre nation.

Je suis fière, pour ma part, de faire partie des 3 députés participant à cet événement international.

#JournéeMondialedesParlements

Le 22 mai 2018, l’Assemblée générale des Nations Unies a, par sa résolution 72/278, invité les États à célébrer chaque 30 juin la Journée internationale du parlementarisme.

Cette date a été choisie car elle coïncide avec la fondation de l’UIP, l’organisation mondiale des parlements, en 1889.

Les données montrent que les parlements et la démocratie sont généralement forts, mais qu’ils sont également confrontés à d’énormes défis : les violations des droits des parlementaires sont en augmentation, la participation des femmes à la vie politique stagne, dans de nombreux pays les jeunes continuent d’être exclus des décisions politiques qui concernent leur avenir, et les gens perdent confiance dans leurs institutions politiques.

Tous les pays du monde possèdent une structure de représentation sous une forme ou une autre.

Les systèmes parlementaires peuvent être classés en deux catégories : les systèmes bicaméraux (dans lesquels le parlement est composé de deux chambres) et les systèmes monocaméraux (dans lesquels le parlement ne compte qu’une seule chambre).

193 pays disposent d’un parlement bicaméral et d’un parlement monocaméral, soit un total de chambres rassemblant plus de 46 000 parlementaires.

Le plus vieux parlement du monde est l’Althingi, le Parlement islandais, fondé en 930.

Par ailleurs l’UIP est engagée depuis plusieurs dizaines d’années en faveur de la parité en politique, en plaidant par exemple en faveur de l’instauration de quotas de 30 % de femmes parlementaires au moins, voire 50 %, en fonction de la situation de départ.

Persécution des personnes LGBTI en République tchétchène (Fédération de Russie)

Voir la vidéo de mon intervention à l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe pour dénoncer le traitement des personnes LGBT en Tchétchénie et la montée des extrémismes en Europe

Voir la vidéo

Madame la présidente, chers collègues,

Je voudrais tout d’abord féliciter le rapporteur pour son excellent travail.

La question de la persécution des personnes LGBTI en république tchétchène n’est pas une page tournée. Certes, la campagne de persécution a pris fin, mais comme le souligne justement le rapporteur, les effets perdurent. Et rien ne garantit que ces persécutions ne recommencent, en Tchétchénie ou ailleurs.

Cette campagne a été le terrible symptôme d’un rejet de l’autre qui ne s’exprime pas uniquement contre les personnes LGBTI, un rejet qui fait resurgir partout en Europe les ombres menaçantes des vieux démons extrémistes. Des ombres qui remettent en cause notre Humanité même.

Au IV° siècle avant J.-C., Platon présentait dans son Banquet l’amour comme un moyen d’accéder à la vérité, une élévation de l’âme. Un amour qui transcende les questions de genre.

Comment aujourd’hui peut-on assister à un tel recul de la pensée ?

Au XXI° siècle, chacun doit être libre de vivre selon son cœur sans avoir à craindre pour cela.

Il est capital de dénoncer ces exactions et de faire en sorte que cela ne puisse arriver de nouveau.

Il est essentiel de faire que les droits humains ne soient déniés à aucun d’entre nous.

Le texte de la résolution

Mission d’observation des élections en Turquie

L’adhésion au Conseil de l’Europe est liée au respect de principes en matière d’élections libres et équitables. Pour cela, les missions d’observation électorale sont essentielles au respect de cette conditionnalité démocratique.

Les missions d’observation des élections concourent à ce que les valeurs universelles défendues par le Conseil de l’Europe soient mieux connues, comprises, acceptées et partagées, et multiplient de ce fait le nombre d’États européens attachés à la démocratie, à la prééminence du droit et au respect des droits de l’homme.

Suite à une invitation des autorités, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) enverra une délégation composée de 33 membres en Turquie, afin d’observer le déroulement des élections législatives et présidentielle anticipées, aux côtés d’observateurs de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE et du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE.

Je fais partie de cette délégation, conduite par Olena Sotnyk (Ukraine, ADLE) et me rendrai donc  dans le pays du 22 au 25 juin, afin de rencontrer des candidats à la présidence (ou leurs représentants) et des dirigeants et représentants des partis politiques en lice pour les élections législatives anticipées.

Une conférence de presse conjointe est prévue le lundi 25 juin à 14 h 30 à l’Hôtel Sheraton d’Ankara (lieu et horaire à confirmer).

20180619-Turkey-elections-members

Une amitié France-Canada renforcée par le G7 des 8 et 9 juin 2018

Quelques semaines après la visite du Premier Ministre canadien, Justin Trudeau, c’était au tour du Président de la République, Emmanuel Macron d’effectuer sa première visite officielle au Canada dans le cadre du G7les 8 et 9 juin derniers.

Lors de ce sommet, le Président de la République et le Premier ministre canadien ont réaffirmé leur engagement pour des valeurs partagées : la liberté, la démocratie, les droits de la personne, les règles de droit…

Ils ont également annoncé de nouveaux champs de coopération :

  • La création d’un groupe international d’étude sur l’intelligence artificielle :

  • La mise sur pied d’un fonds pour le financement de petites et moyennes entreprises innovantes françaises et canadiennes désireuses de s’installer dans l’autre pays ;

  • La mise en œuvre de projets communs en matière d’aide au développement en direction des pays du Sud.

Les cinq priorités portées par ce G7 canadien rejoignent les grands défis de gouvernance de la France et de l’Europe :

  • Une croissance économique qui profite à tous ;
  • La préparation de nos citoyens et de nos industries pour les emplois de l’avenir ;
  • La construction d’un monde plus pacifique ;
  • La protection de l’environnement et des océans en particulier ;
  • La promotion de l’égalité des sexes.

Ce sommet marqué par des débats francs ont permis de constater la proximité des points de vue entre Canadiens et Européens. Il a aussi été l’occasion pour la France et le Canada de réaffirmer les liens qui unissent ces deux pays sur les grands enjeux actuels, et de fortifier la coopération et la complicité qui réunit nos pays dans l’esprit d’un « multilatéralisme fort ».

Visite officielle du Premier ministre canadien Justin Trudeau en France

Les 16 et 17 avril, le Premier ministre canadien Justin Trudeau se rendait pour la première fois en visite officielle en France. Voulant montrer les liens indéfectibles qui unissent la France et le Canada, il a déclaré ceci lors de son intervention devant l’Assemblée nationale le 17 avril : Continuer la lecture de Visite officielle du Premier ministre canadien Justin Trudeau en France