Archives par mot-clé : citoyens

Un effort mondial pour en finir avec les pailles en plastique

Une dynamique de sensibilisation contre les pailles en plastique incite au changement de nos habitudes de consommation, néfastes à l’environnement.

D’aspect pourtant inoffensif, les pailles sont devenues l’un des produits les plus répandus de la planète au début des années 2000 et leur utilisation ne cesse de croître. Dans un contexte de prise de conscience généralisée du danger que le plastique fait peser sur les océans, de nombreuses initiatives ont été prises dans ce sens. Ainsi, en mai dernier, la Commission européenne a proposé une directive interdisant les plastiques jetables. De même, début juillet, le Conseil de Paris a voté la suppression progressive de la distribution de pailles en plastiques à usage unique dans les services de la ville.

  En juin dernier, j’ai cosigné avec François-Michel Lambert, député de la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône et président de l’Institut de l’économie circulaire, un courrier incitant les chaines de restauration rapides, véritables championnes de l’utilisation de pailles plastiques, à réduire leur empreinte environnementale. En France, 8,8 millions de pailles sont jetées chaque jour, et ce uniquement dans l’industrie du fast food. Ce petit tube fin, dont l’utilité pour la consommation de boissons est complètement superflue, est une véritable incarnation de la société du jetable. Si son usage dépasse rarement quelques minutes, il faut 450 ans pour qu’une paille se désagrège.

Les conséquences de ce plastique jeté sont colossales : impacts sur la biodiversité marine et terrestre, impacts sur la chaîne alimentaire et danger d’indigestion de composants nocifs pour les hommes. Le plastique représente aujourd’hui 95% des déchets sur les plages et en surface de la mer Méditerranée. Au rythme de croissance actuel, on estime qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici à 2050.

Face à ce constat alarmant, les grandes chaines de restauration se mobilisent

Après McDonalds, qui a décidé de renoncer aux pailles en plastiques dans ses restaurants au Royaume Uni, c’est désormais au tour de Starbucks de rejoindre un mouvement mondial grandissant contre les articles jetables en plastiques. Le 9 juillet, la chaine de cafés américaine a annoncé la suppression des pailles en plastiques d’ici 2020 dans ses 28 000 cafés du monde entier. Trop petites pour être triées et recyclées, ces pailles seront remplacées par des couvercles en polypropylène comportant une petite ouverture et un bec, permettant ainsi de boire la boisson tout en la gardant bien au chaud. En ne donnant plus de pailles automatiquement, la chaîne estime qu’elle économisera un milliard de pailles par an. Des pailles faites de matériaux alternatifs et recyclables seront néanmoins disponibles sur demande pour ceux qui ne peuvent pas s’en passer.

Nicolas Thibaudeau, responsable des opérations Starbucks Coffee France, met en lumière l’impératif de responsabilité sociétale, valeur essentielle à l’action de la chaîne.

Infime victoire à l’échelle des défis environnementaux auxquels la planète fait face, une telle mobilisation de la part de ces grandes enseignes nous permet de prendre conscience que certaines actions ne demandent pas un grand sacrifice et peuvent avoir un impact considérable.

Il ne reste plus qu’à espérer que la visibilité de ces chaines de restauration rapide entraine des actions similaires de la part de tous les utilisateurs d’accessoires en plastiques jetable.

Assises de la Mobilité en Flandres

2017 12 06 Elisabeth Beorne Assises loccales de la Mobilité

 

Remise en mains propres à la Ministre des transports, Elisabeth Borne, du compte-rendu des tables-rondes organisées à La Gorgue

 

Assmob2

Le vendredi 20 octobre 2017, la ville de La Gorgue a accueilli le premier atelier territorial abordant les six thématiques proposées par les Assises nationales pour inventer les mobilités de demain: des mobilités plus propres, plus connectées, plus solidaires, plus intermodales, plus sûres et plus soutenables.
Organisée à l’initiative de la députée de la 15ème circonscription du Nord, Jennifer De Temmerman, cet évènement public réunissant environ 75 personnes avait pour objectif de rassembler des professionnels des transports et de l’énergie, des représentants d’associations ainsi qu’un groupe de citoyens engagés sur ces sujets afin de proposer des solutions locales aux problèmes de mobilité en Flandre intérieure.

Assmob1 Des tables-rondes organisées en petits groupes ont abordé les six thématiques principales proposées. L’objectif était de faire émerger les questions les plus pertinentes pour améliorer la mobilité sur le territoire.

Un sondage a été réalisé entre le 21 octobre et le 16 novembre sur internet, il s’agissait de transmettre les trois questions considérées comme les plus importantes par les participants, à la plateforme dédiée du ministère des Transports. A travers cette action locale, le but était de montrer que l’opinion des parties prenantes et des citoyens était prise en compte dans l’élaboration de la nouvelle loi sur la mobilité qui sera présentée en 2018.

Les questions sélectionnées par les participants :

  • Quelle cohérence entre le développement des transports doux (train, bus) et la fermeture des gares de proximité, la réduction du nombre de trains, etc. ?
  • Quel fond d’état pourrait supporter le financement d’un plan national vélo en aidant le développement généralisé des infrastructures adaptées : aire de stationnement, sécurisation des voies, etc… ?
  • L’Etat peut-il faire évoluer le télétravail dans les entreprises en l’intégrant directement dans le droit du travail ?